À la une…

STAGES 2018

Découverte FO  : du 19 au 23 mars et du 17 au 21 septembre

Conseiller du salarié  : du 5 et 6 avril

Négocier  : du 23 au 25 mai

Connaître ses droits  : du 2 au 4 octobre

Rôle et fonctionnement du CHSCT  : du 5 au 9 novembre

Rôle et fonctionnement du CE  : du 26 au 30 novembre

Derniers articles

  • Grève et manifestations - 12 sept 2017 Lire la suite…

    Veuillez trouver ci-dessous une déclaration unanime du bureau de l’UD qui demande le retrait des ordonnances dites travail.

    L’UD FO 01 appelle à la grève et aux manifestations le mardi 12 septembre 2017.

    N’hésitez pas à diffuser largement ces informations et à organiser la mobilisation la plus large possible.

  • A l’appel de FO, CGT et FSU 1er mai 2017 syndical et revendicatif à Bourg en Bresse Lire la suite…

    discours commun

    -  500 manifestants à Bourg en Bresse (dont plus d’une centaine dans le cortège Force Ouvrière) à l’appel des Unions Départementales de l’Ain FO et CGT puis de la FSU.

    - 500 unis et déterminés derrière la banderole commune FO – CGT et FSU « ENSEMBLE Résistons – Revendiquons – Proposons et Agissons » En pièce jointe le discours commun FO et CGT lu et très applaudi devant la préfecture.

    Résister, agir et revendiquer !

    Force-Ouvrière n’est pas un parti, mais un syndicat. Fidèles à nos traditions d’indépendance, nous ne donnerons donc aucune consigne de vote, ni directe, ni indirecte à l’occasion du 2nd tour de l’élection présidentielle. Nous ne nous associerons pas non plus à quelque initiative que ce soit assurant la promotion d’une consigne de vote pour le second tour. Indépendance vis-à-vis des partis, ne signifie pas pour autant « apolitisme ». Nous sommes attachés aux valeurs de la République, à la laïcité, et donc à la séparation des églises et de l’Etat. Nous récusons toute forme de discrimination et de racisme et avons toujours combattu les totalitarismes d’où qu’ils viennent.

    Force Ouvrière réaffirme ses revendications, et en particulier :

    – l’abrogation de la loi El Khomri qui remet en cause la hiérarchie des normes, en privilégiant l’accord d’entreprise par rapport au Code du Travail et aux conventions collectives,

    – l’abrogation de la loi Macron, qui élargit le travail du Dimanche, facilite les licenciements et remet en cause les prud’hommes,

    – l’arrêt de l’austérité, frappant les salariés et les services publics, cette austérité mise en œuvre par le pacte de responsabilité pour offrir 41 milliards de cadeaux au patronat,

    – l’abrogation de la loi Touraine sur les Groupements Hospitaliers de Territoire qui organise 22 000 suppressions de postes dans les hôpitaux,

    – l’opposition à la réforme territoriale atomisant l’action publique, créant des régions omnipotentes tout en faisant disparaître ou affaiblissant les communes et départements,

    – l’abrogation de la loi sur la refondation de l’école qui n’a pour objectif que la destruction de l’école républicaine,

    – l’augmentation générale des salaires, retraites, pensions et allocations,

    – le retour à la retraite à 60 ansà taux plein au bout de 40 ans de cotisation.

    Compte tenu de la situation et des mesures graves qui pourraient être décidées dans les semaines et mois à venir, y compris cet été, ce 1er mai organisé en commun avec tous ceux qui ont combattu la loi travail, est un premier avertissement au prochain gouvernement, quel qu’il soit, sur notre détermination à résister, agir et revendiquer. Les plans destructeurs qui sont annoncés contre les statuts, le code du travail et les conventions collectives, la protection sociale, les retraites, les salaires et les minima sociaux, nécessitent de préparer le rapport de force. Celui-ci passe par la consolidation de l’axe de la résistance contre le syndicalisme de collaboration et d’accompagnement de tous les mauvais coups contre la classe ouvrière.

    Vive le 1er mai !

    Vive l’indépendance et la liberté syndicale !

    Vive la solidarité ouvrière internationale !

L'édito

Jean-Claude Mailly

JC Mailly : « Dans l'action le 16 novembre, par des manifestations et des grèves »

Les décrets relatifs aux ordonnances commencent à être connus. Concernant la fusion des IRP – que non seulement nous ne demandions pas mais que nous condamnons –, elle se traduit par une diminution du nombre de délégués, un volume horaire de délégation globalement maintenu et la suppression du CHSCT, ce qui est plus que problématique, le CHSCT étant la structure la plus crainte de nombre d'employeurs.
Dans toutes les entreprises où nous sommes présents, il va falloir négocier sur le droit syndical et (...)

- Éditoriaux de Jean-Claude Mailly / , , ,
Lire la suite…