La Sécurité Sociale est en danger de mort !

, par udfo01

Le 19 novembre 2013, le 1er Ministre a annoncé une réforme fiscale dont la cible principale est la Sécurité Sociale : « l’impôt est un acte citoyen. C’est la condition des prestations sociales et des Services Publics dont bénéficient les Français »...

Quelques semaines plus tard, dans sa lettre de mission à la Présidente du Haut Conseil du financement de la protection sociale, il précisait : « s’agissant de la protection sociale, l’objectif recherché est de permettre une meilleure adéquation, pour les années à venir, entre les recettes et les logiques des différents risques et la dynamique de leurs dépenses et de poursuivre l’effort pour faire moins reposer sur le travail le financement de certaines prestations à vocation universelle ». En voulant faire financer la Sécurité Sociale par l’impôt, le gouvernement remet en cause : Les prestations payées par les cotisations sociales Le salaire différé Les ordonnances de 1945 constituant la Sécurité Sociale L’UD FO de l’Ain rappelle les termes de la résolution du Congrès confédéral FO de Montpellier : « pour les travailleurs, le droit à la Sécurité Sociale s’exprime en particulier à travers l’existence de la cotisation sociale, source du salaire différé qui confère aux travailleurs un droit de propriété sur la Sécurité Sociale et une garantie pour son avenir. » Lors de ses vœux le 31 décembre 2013, le Président de la République propose : « un pacte de responsabilité aux entreprises fondé sur un principe simple : moins de charges sur le travail, moins de contraintes sur leurs activités… » et affirme : « je veux réduire la dépense publique. La Sécurité Sociale doit en terminer avec les excès et les abus ». Le 5 janvier 2014, dans un entretien au journal Le Monde, Pierre GATTAZ, Président du MEDEF, lui a répondu : « Quand j’entends le Président de la République parler d’un pacte de responsabilité, je suis satisfait… Il y a notamment deux postes qui pèsent sur le travail de manière absurde : la famille et la maladie. La famille, c’est 36 milliards d’€ qu’il faut transférer. (…) La maladie, c’est aussi un autre poste qui pourrait être revu. Le Président de la République a parlé d’abus de la protection sociale. Il a voulu montrer qu’il n’y a pas de dogme. Là, j’ai applaudi, il faut y aller. L’important c’est d’enclencher le processus, c’est d’y croire et de le faire avec les partenaires sociaux ». C’est très clair… Le gouvernement et le patronat ont décidé de s’attaquer à la Sécurité Sociale pour la détruire dans ses fondements. GATTAZ le dit sans vergogne : « il faut y aller » ! Et pour ce faire, gouvernement et patronat veulent associer à leur besogne les organisations syndicales… Pour l’UD FO de l’Ain il ne saurait être question de s’associer à un tel objectif et de participer à des discussions de co-législateurs… Les prétendues compensations ne sauraient justifier la remise en cause de la Sécurité Sociale. Dans ce cadre, l’UD FO de l’Ain appelle les salariés à participer massivement à la grève et aux manifestations initiées par FORCE OUVRIÈRE le 18 mars.

Contre le plan HOLLANDE-GATTAZ la défense de la Sécurité Sociale vaut bien une grève !

Franck STEMPFLER Secrétaire Général UDFO01